Nouvelles & Evènements

Retour

Intolérance au gluten : comment savoir si je suis cœliaque?

Celiac disease is an autoimmune disease which causes permanent intolerance to gluten present in wheat, rye and barley.

Maladie cœliaque : un diagnostic difficile


La maladie cœliaque (plus connue sous le nom d’intolérance au gluten) est une maladie auto-immune qui provoque une intolérance permanente à une ou plusieurs fractions protéiques du gluten contenu dans certaines céréales comme le blé, le seigle et l’orge. Cette “vraie maladie” concernerait une personne sur 100 en Europe mais les médecins estiment que 80% des cœliaques ne sont pas diagnostiqués et ne suivent pas de régime sans gluten, ce qui est le seul traitement de la maladie existant à ce jour.


La pluralité des symptômes et leur intensité variable rendent le diagnostic difficile. Chez certains patients, la maladie a une présentation atypique peu symptomatique, chez d’autres, elle est même asymptomatique ! Dans ce dernier cas, le diagnostic n’est posé qu’à la faveur d’un dépistage chez des familles de patients cœliaques ou de manière fortuite, lors d’un examen endoscopique prescrit dans le cadre d’une autre exploration médicale. C’est aussi parfois l’apparition de complications associées à la maladie cœliaque qui permet de la diagnostiquer.

 

Maladie cœliaque : quels sont les symptômes ?


La maladie cœliaque entraîne une atrophie des villosités de l’intestin, à l’origine d’une malabsorption des nutriments, en particulier du fer, du calcium et de l’acide folique, qui retentit de manière importante sur la santé. Cela se manifeste par des symptômes digestifs (ballonnements intestinaux, flatulences, nausées, digestions difficiles…), par des anomalies du transit (diarrhée, constipation) voire par un amaigrissement inquiétant.


L’intolérance au gluten provoque aussi des carences en vitamines, qui peuvent être à l’origine de signes atypiques : crampes musculaires, douleurs osseuses, anomalies de la coagulation, règles irrégulières, fausses couches à répétition, troubles de la fertilité…


La persistance inexpliquée d’un ou plusieurs de ces symptômes doit faire penser à la maladie cœliaque et conduire à son dépistage.

 

Maladie cœliaque : pas de régime sans diagnostic


La mode du “régime sans gluten” auxquels on prête des vertus santé et amaigrissantes a banalisé la maladie et brouille les pistes, avec le risque de passer à côté, faute d’un diagnostic fiable.

Il est impératif de ne pas débuter un régime sans gluten avant de savoir si l’on est clairement atteint d’une véritable maladie (avec des anticorps positifs et une confirmation par biopsie) ou si l’on souffre simplement d’une hypersensibilité au gluten qui entre dans le champ des troubles intestinaux fonctionnels.


En effet, l’auto-prescription d’un régime sans gluten peut fausser le résultat des examens diagnostiques et compliquer ou empêcher l’identification de la maladie, et la mise en œuvre d’une prise en charge adaptée.


Et, à long terme, cette absence de prise en charge peut entraîner des complications graves comme la déminéralisation des os ou le développement d’autres maladies auto-immunes voire de cancers.


Source : TopSanté